Dans les coulisses de Bruxelles: l'Union européenne désarme la Turquie

Pour la première fois de son histoire, l'Union fait face à une menace directe pour ses deux États membres, la Grèce et Chypre. Mais il est incapable de répondre à l'unisson aux provocations de la Turquie dans la mer Égée. En conséquence, seules la France et l'Italie ont envoyé une présence militaire en Méditerranée orientale pour apaiser le zèle du président turc Regep Erdogan, qui souhaite que sa part des gisements de gaz prometteurs soit découverte dans les deux zones économiques exclusives (ZEE) voisines. , d'autres se contentent de diriger le ministère ou, pire, de chercher ailleurs. Seuls quelques États membres avaient déjà soutenu la France lorsque Courbet a «illuminé» (la dernière étape avant le tir) le radar d'un navire de guerre turc près de la Libye en juin dernier. nouveau: géant économique et commercial, l'Union n'est pas une puissance diplomatique et militaire, mais une simple confédération d'Etats aux intérêts souvent différents et aux moyens militaires limités voire inexistants.

Si les vingt-sept soutiennent les principes d'Athènes et de Nicosie en principe, ils sont loin d'être à la hauteur de l'urgence et de l'intensité de la réaction. En effet, personne ne croit que la Turquie pourrait courir le risque d'un conflit ouvert: «même si l'histoire n'est pas avare de guerres dont personne ne voulait, les responsables européens tenteront probablement de diviser et d'affaiblir à nouveau les Européens, comme ils l'ont fait en février en rouvrant leurs frontières. réfugiés ou en violation de l’embargo sur les armes en Libye pour diriger ses pions vers la Méditerranée. " Mais ni la Grèce, Chypre, la France ni encore moins l'Italie ne joueront une escalade. "

Mais Paris a besoin d'une "réponse militaire pour montrer que l'Union existe et qu'elle défendra sa souveraineté", comme l'explique le gouvernement. "C'est logique: Emmanuel Macron pense que l'OTAN est morte dans la tête, que les Etats-Unis ont quitté le monde, et que l'Union doit donc prendre ses responsabilités", a déclaré le diplomate européen. "C'est une belle opportunité pour lui de montrer ce qu'est la souveraineté européenne, qui doit être défendue par la force si nécessaire", notamment à la lumière des "empires locaux troublés" de Russie et de Turquie, a déclaré Clément Boon, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes.

Un changement de paradigme difficile à accepter pour de nombreux États membres. C'est particulièrement vrai de l'Allemagne qui, dans les constructions d'après-guerre, est en contradiction avec tout ce qui peut ressembler à un conflit armé, d'autant plus qu'elle ne dispose pas de moyens militaires suffisants. . Cette approche divergente entre les deux rives du Rhin permet à l'Union de jouir d'une gamme diplomatique complète, couronnant rarement le succès sans la force. «Les rôles n'étaient pas partagés entre nous, même si nos réactions opposées conduisent à ce résultat», s'amuse-t-on à Paris: en France le rôle du «mauvais policier», à Berlin, du «bon policier».

Mais dans le cas de la Turquie, la position prudente de l'Allemagne est déterminée par d'autres considérations. Une grande diplomate nationale "Angela Merkel est toujours traumatisée par l'épisode de 2015 où Ankara a ouvert ses frontières à des centaines de milliers de réfugiés et de migrants", l'arrivée massive a été interrompue en 2016 en échange d'une aide financière européenne de 6 milliards d'euros. La chancelière n'a aucune envie que la Turquie ouvre le robinet pour faire pression sur les Européens. En outre, il doit prendre en compte le fait qu'il existe une communauté turque de 2,5 millions de personnes sur son territoire, qui soutient fermement Erdogan. La chancelière est également très consciente de la place particulière que ce pays occupe sur la table d'échecs européenne: un membre de l'OTAN, comme la plupart des pays européens, organisation à laquelle l'Allemagne a adhéré, est lié à l'union. des douanes dans 27 pays depuis 1996 (et est le cinquième partenaire commercial de l'Union) et est toujours impliqué dans le processus d'adhésion à l'Union, même s'il est effectivement gelé depuis 2017. En bref, la Turquie, même agressive, reste un partenaire important pour l'Union. L'inverse est également vrai: il suffit de rappeler que 60% des investissements en Turquie proviennent de l'Union.

"Cependant, et c'est nouveau, Angela Merkel admet en privé qu'il y a un problème avec la langue turque et que nous avons fait une erreur commune en croyant qu'Erdogan introduira l'islam politique dans les rangs démocratiques, ce qui est déjà abondant", analyse le diplomate. "Bien que des pays comme l'Espagne, Malte et, dans une moindre mesure, l'Italie refusent de le voir." En fait, ces pays, comme les institutions communautaires, considèrent l'attitude grecque comme "trouble" et qu'il n'y a pas lieu de "tomber dans le jeu", comme l'explique un éminent connaisseur turc de Bruxelles: "de facto Ce n'est pas pour rien qu'elle n'a pas signé l'accord sur la frontière maritime territoriale et considère donc qu'elle a le droit de chercher à exploiter ces gisements de gaz ou à établir un corridor maritime à travers les eaux crétoises pour atteindre la Libye. »Bref, il devrait trouver un point d'entente avec la Turquie. Par exemple, lier la partie chypriote turque à l'utilisation du gaz, mais il reconnaît que "les négociations en ont besoin de deux et qu'Ankara n'est pas prête à entamer des négociations".

En d'autres termes, l'Union n'aura d'autre choix que d'adopter une série de sanctions. Lors du sommet européen de septembre, "e . En l'absence de progrès (…), on pourrait dresser une nouvelle liste de mesures restrictives », a menacé le vendredi 28 août Joseph Borrell, le ministre espagnol des Affaires étrangères, citant 27 frustrations croissantes face aux provocations à Ankara . la deuxième fois, des sanctions seront imposées à la Turquie: elle a déjà été sanctionnée en juillet 2019 à la suite de son invasion des eaux territoriales grecques et chypriotes, au cours de laquelle l'aide de préadhésion de 4,454 milliards d'euros a été réduite de 145 millions d'euros pour la période 2014-2020; Les prêts de la Banque européenne d'investissement et les négociations sur un accord «  céleste '' sont au point mort, ce qui n'a manifestement eu aucun effet, cette fois l'Union pourrait à nouveau réduire son soutien financier, frapper les sociétés de forage et les particuliers, refuser l'accès à ses ports aux navires turcs ou même imposer des sanctions concernant tous les secteurs de l’économie turque. Comme demandé par le Parlement européen en mars, ce n'est pas à l'ordre du jour: «il faudra le faire, mais quand il reviendra à la paix. Aujourd'hui, cela offrirait à Erdogan une victoire qui pourrait être considérée comme la preuve que les Européens se moquent de la Turquie ", a déclaré un responsable européen. Mais il est plus que douteux que ces sanctions prudentes suffisent à freiner l'appétit du président turc, tout le monde à Bruxelles le sait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *