présentation sur l’importance d’un aumônier militaire

présentation sur l’importance d’un aumônier militaire

[ad_1]

L’aumônier militaire tchadien l’abbé Kourambaye Bruno et le père Amaury, aumônier de 7 000 militaires français, ont tenu une réunion d’échanges avec des officiers de l’armée et des Forces catholiques de défense et de sécurité sur l’importance de l’aumônerie militaire dans les unités militaires.

Selon l’aumônier militaire tchadien le Père Koularambaye Bruno, le but de cette rencontre est d’échanger des soldats catholiques afin qu’ils comprennent le rôle de l’aumônier et le service des soldats chrétiens auprès de leurs frères et sœurs. ils ont la possibilité d’avoir une communauté spirituelle pour leur apporter le soutien spirituel dont ils ont besoin.

Pour l’aumônier militaire français le Père Amoury, l’aumônerie militaire remonte à 100 ans. Après la Première Guerre mondiale, plus de 7 000 séminaristes sont morts à cause de la guerre. Cette Seconde Guerre mondiale réconcilie l’aumônier militaire et l’armée française. Prier et aider les soldats sur le champ de bataille et diriger la prière de la congrégation font partie des autres tâches d’un aumônier. Il rappelle que cet aumônier militaire suit un état de laïcité né en 1905 en France.

Et il faut rappeler au Père Amory qu’au Tchad il n’y a qu’un seul aumônier catholique dans l’armée, mais qu’en France il compte à lui seul plus de 7 000 militaires et plus de 100 aumôniers. Il souligne que même les forces de Barkane ont actuellement mis un accent particulier sur le travail des aumôniers militaires, célébrant les services religieux protestants, musulmans et catholiques dans le cadre de celui-ci. Il a rappelé la mission principale de l’aumônier – donner une impulsion et un soutien spirituel aux soldats qui ont besoin d’un soutien spirituel.

Enfin, il ajoute que les aumôniers militaires ont trois objectifs ; soutien dans le culte (célébration du sacrement des malades, mariage, confession, baptême) ; l’accessibilité au conseil de commandement et à la décision militaire et la contribution à la lumière dans la décision de commandement et la direction spirituelle de l’église, en adaptant la règle de l’Église à la vie militaire pour permettre aux militaires de ne pas perdre la foi.

Les orateurs ont répondu à plusieurs questions connexes sur le mystère de la confession, de la communion, du mariage et des bénédictions. Cet échange s’est déroulé en présence des généraux d’armée Weïding Assé Assoué, Loum Laïna Limassoum et Nadjita Beasoumal, ainsi que des officiers de l’armée, de la gendarmerie et de la police nationale. Les officiers ont demandé à l’archevêque d’essayer de penser aux soldats, qui sont nombreux sur le territoire, avec un seul aumônier.

Les discussions se poursuivront dans les prochains jours avec des témoignages mercredi, un match de football des officiers jeudi et vendredi, une messe d’action de grâce, avec la présence d’un représentant du CMT et du responsable des opérations de Bakhane au Tchad à la paroisse locale.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *