Les chercheurs pourront-ils bientôt redonner vie aux mammouths ?

Les chercheurs pourront-ils bientôt redonner vie aux mammouths ?


Sarah Ord a passé les dernières semaines à discuter avec des scientifiques des cellules de la peau d’un marsupial de la taille d’une souris, le dunnart. Ces cellules ont été envoyées par des collaborateurs australiens à Colossal Biosciences, la société de « disparition » où elle travaille. La mission de Sarah Ord est de diriger une équipe de chercheurs qui vise à utiliser l’édition de gènes pour modifier progressivement l’ADN de ces cellules afin qu’il commence à ressembler à l’ADN d’un animal issu d’un ancêtre lointain : le thylacine. Ce dernier est un mammifère marsupial prédateur de la taille d’un loup. On l’appelle aussi le tigre de Tasmanie. L’espèce a disparu en 1936.

S’ils peuvent créer une cellule Dunnart avec suffisamment d’ADN de thylacine, la prochaine étape consistera à utiliser le clonage pour essayer de créer un embryon et, si nécessaire, un animal. Un autre projet vise à transformer les éléphants d’Asie en une espèce ressemblant à un mammouth laineux avec des gènes de résistance au froid et des cheveux roux épais.

Bien sûr, les chercheurs n’ont pas encore réussi à réanimer l’espèce. Le travail de Sarah Ord en tant que « directrice du rétablissement des espèces » est basé sur un avenir imaginaire où une combinaison de technologies de pointe telles que la technologie de l’ADN, la recherche sur les cellules souches, les gènes, ainsi que les utérus artificiels pourraient conduire à plus que la simple résurrection des morts. espèces, mais aussi pour la préservation des espèces aujourd’hui menacées d’extinction.

Sarah Ord s’est lancée dans cette mission après avoir participé à des recherches en laboratoire, travaillé dans un hôpital et collaboré avec une société de logiciels. Elle dit que c’est un choix logique. Sarah Ord a grandi avec de nombreux animaux de compagnie et a regardé de nombreux documentaires sur Discovery Channel et National Geographic. « J’ai toujours aimé les animaux », dit-elle.

LIRE AUSSI

Chiens, gorilles, abeilles et guêpes… Qu’en pensent les animaux qui nous entourent ?

Colossal symbolise à la fois la production hollywoodienne et la science rigoureuse. Ses mécènes incluent l’investisseur et magnat du divertissement Thomas Tull et le conférencier Tony Robbins. Ses idées viennent du laboratoire du généticien au franc-parler George Cuch, qui fait la promotion de la résurrection du mammouth dans les médias depuis 2013. Il est clair que jusqu’à présent, il y a peu de résultats dans cette direction.

Le travail de Sara Orda est en partie communication, en partie science et en partie futurisme. Et si l’entreprise réussissait à redonner vie au thylacine, ou quelque chose de proche ? Selon le directeur du rétablissement des espèces, Colossal pourrait réaliser un profit en vendant des billets d’entrée pour que les gens viennent voir l’animal ressuscité.

Dans une interview avec MIT Technology Review, que vous pouvez lire ci-dessous, Sarah Ord déclare que la société espère produire le thylacine d’ici 2025 et le mammouth d’ici 2027 :

MIT Technology Review : Vous avez l’un des titres de poste les plus futuristes que j’ai vus.

Sarah Ord : J’étais l’un des premiers employés de Colossal. J’étais avec le PDG, Ben Lam, et nous avons réfléchi ensemble au titre de mon poste. Nous avons trouvé le « Directeur du rétablissement des espèces ». Dès que j’ai entendu ces mots, je me suis dit « oui, c’est ça ». (…) L’idée était de rendre ce que nous faisons compréhensible pour tout le monde.

Quelle part de votre travail est consacrée à la communication ?

DONC ALORS: Je dirais que cela prend probablement un tiers de mon travail. Le plus amusant à expliquer est le projet que je mène avec des thylacines. Pourquoi faire revivre le thylacine ? Ce dernier est le principal prédateur de l’écosystème de Tasmanie. Lorsque vous supprimez un prédateur au sommet d’un écosystème, vous constatez de nombreuses conséquences négatives. Vous tombez dans un environnement avec une tonne de butin et cela fait des ravages sans contrôle de la population. Par conséquent, le retour du thylacine dans l’écosystème de Tasmanie aura un impact énorme.

Le thylacine est un marsupial, mais c’est aussi un prédateur. Avez-vous rencontré des résistances dans ce projet ?

DONC ALORS: Nous avons vu des réactions extrêmement positives. Je pense que cela est principalement dû au fait que cet animal a été chassé jusqu’à l’extinction. Voici notre chance de résoudre ce problème.

En quoi consiste la partie scientifique de votre travail ?

DONC ALORS: Je dirige une équipe de 12 ingénieurs génomes et phénotypes. Nous collaborons également avec des embryologistes et des biologistes computationnels. Il s’agit de lire autant d’articles que possible, de faire des expériences en laboratoire et de faire progresser la science. Et puis c’est aussi participer à des débats pour trouver des réponses aux questions suivantes : quand on a un thylacine ou un mammouth, où le met-on ? À quoi s’attendre? Quel sera l’impact écologique du retour dans l’espace et comment cela aidera-t-il les espèces actuellement menacées ?

Dans votre blog, vous avez expliqué que la réintroduction d’une espèce implique plusieurs étapes, notamment l’édition de gènes dans les cellules d’une espèce familière, le clonage d’un embryon, puis la mise au monde d’un animal. Laquelle des étapes suivantes est la plus spéculative ?

DONC ALORS: En fait, il s’agit de savoir combien de gènes doivent être modifiés. Le thylacine est lié à toute la famille des dasyuridae, qui comprend le dunnart, le quoll et le diable de Tasmanie. Cependant, cela indique toujours une inadéquation [évolutive] environ 70 millions d’années. Ce qui est énorme. Alors que faut-il changer chez un dunart ou un éléphant d’Asie pour produire un phénotype d’espèce qui occupera la même niche écologique qu’un thylacine ou un mammouth laineux ?

Avez-vous un thylacine en peluche pour faire votre travail? Quel est le point de départ du projet ?

DONC ALORS: Au début des années 1900, un petit thylacine était conservé dans l’éthanol. C’est ce qu’on appelle un « petit miracle ». Nos collaborateurs de l’Université de Melbourne ont pu extraire l’ADN de cet échantillon et créer une séquence génomique de très haute fidélité. Il y a aussi de nombreuses peaux en circulation, ainsi que des échantillons de musée. Nous en générons des séquences.

Une idée de quand la première espèce éteinte sera ramenée à la vie ?

DONC ALORS: Absolument. Nous prévoyons 2027 pour le mammouth et 2025 pour le thylacine. La différence essentielle entre ces deux est la période de gestation. Chez les éléphants, la grossesse dure de 18 à 22 mois, tandis que la période de gestation dure de 12 à 14 jours. Ensuite, il pousse dans la poche.

Des études ont montré que les marsupiaux peuvent passer des poches d’une espèce aux poches d’une autre espèce et prospérer. De plus, nous avons une équipe qui travaille sur « l’exo-sac ». C’est une poche artificielle dans laquelle les bébés peuvent être placés et bénéficier de la même alimentation, du même environnement et de la même exposition à la lumière que les bébés dans la poche de la mère.

Colossal dit qu’il s’agit d’une entreprise à but non lucratif. C’est quoi exactement le produit ? Qu’allez-vous vendre ?

DONC ALORS: À mon avis, Colossal peut réaliser des bénéfices de plusieurs manières. L’histoire est l’un de nos produits. Nous aurons de nombreux partenaires médias pour nous aider à raconter notre histoire. Une autre façon consiste à développer de nouvelles technologies qui peuvent être licenciées ou dérivées. Nous avons eu notre premier déploiement appelé FormBio [une société de logiciels de biologie, NDLR] et nous avons également une grande équipe d’éditeurs du génome.

Et puis nous arrivons au vrai point, c’est-à-dire à l’espèce: thylacine ou mammouth. Nous recherchons une coopération avec les zoos. Je pense qu’il existe un monde où nous créons de nouveaux habitats et vendons des billets pour que les gens viennent voir ces espèces dans leur habitat naturel.

Et vous personnellement, combien paieriez-vous pour voir un thylacine ?

DONC ALORS: J’y consacre des heures et des heures de ma vie. Honnêtement, je suis prêt à payer tout l’or du monde.

Article d’Antonio Regalado, traduit de l’anglais par Kozi Pastakia.

LIRE AUSSI

Comment les abeilles robotiques pourraient aider cet insecte à survivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *