L'économie mondiale sort lentement de l'abîme de la crise pandémique

  L'économie mondiale sort lentement de l'abîme d'une crise pandémique

L'économie mondiale est encore plus que jamais à la merci d'une pandémie. La récession sera moins sévère que prévu en 2020, grâce à un été imprudent dans de nombreux pays développés, mais la reprise est déjà terminée, a averti mardi le Fonds monétaire international.

Le nouveau coronavirus a causé plus de 1,07 million de morts dans le monde. En Europe, la France, l'Espagne et l'Angleterre, confrontées à une nouvelle vague d'infections, intensifient des mesures ciblées pour éviter une dévastation économique généralisée.

Le FMI compte désormais sur une contraction. du produit intérieur brut (PIB) mondial cette année est de 4,4%, contre environ 5,2% en juin.

"La vie avec le nouveau coronavirus est un défi pas comme les autres, mais le monde s'adapte", a déclaré son économiste en chef Gita Gopinath.

L'examen de cette année reflète des données économiques meilleures que prévu pour le deuxième trimestre, principalement dans les pays développés d'Europe et des États-Unis, mais aussi en Chine. Et elle s'est poursuivie au troisième trimestre dans la première économie mondiale (les États-Unis), malgré une vague d'infections.

Cette amélioration touche toutes les régions du monde à l'exception des pays émergents et en développement, dont la prévision est abaissée à -3,3%.

Le PIB des États-Unis diminuera de 4,3% par rapport aux 8% précédemment estimés, le PIB de la zone euro diminuera de 8,3% par rapport à l'année précédente. En France de 9,8%.

"C'est toujours la pire récession depuis la Grande Dépression des années 1930", a déclaré Gita Gopinath à l'AFP dans une interview, soulignant que la crise était loin d'être terminée. 19659004] Face à une énorme incertitude, les autorités de Washington ont réexaminé le rythme de reprise attendu l'année prochaine (+ 5,2%). Et si l'on exclut la Chine, deuxième économie mondiale, "le PIB mondial total sera négatif entre 2020 et 2021", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

– une perte de 28 000 milliards – [19659004] "La croissance sera probablement longue, inégale et incertaine", a résumé l'économiste, soulignant que depuis les prévisions de juin, les perspectives se sont considérablement détériorées dans certains pays émergents et en développement où les infections augmentent. ".

Après un ralentissement historique en 2020 et une reprise en 2021, les niveaux du PIB mondial ne devraient finalement être que légèrement plus élevés qu'en 2019, détaille le FMI.

  L'économie mondiale émerge lentement de l'abîme de la crise pandémique

Les perspectives à moyen terme sont également sombres, car la distanciation sociale est probable se poursuivra jusqu'à la fin de 2022, empêchant un véritable rebond économique.

Gita Gopinath a souligné que le retour de "nombreux pays" aux niveaux prépandémiques interviendrait "très progressivement", certains pas avant 2022, mais en Amérique latine avant même 2023.

De plus, le FMI n'exclut pas un scénario du pire des cas dans lequel les infections s'intensifieront, avec un ralentissement des traitements et des progrès vaccinaux, obligeant les autorités à prendre des mesures plus draconiennes.

Dans ce contexte, le retour de l'économie mondiale sur la voie prévue avant la menace d'une pandémie. Le FMI estime que la perte totale de PIB entre 2020 et 2025 serait de 28 000 milliards de dollars, dont 11 000 milliards de dollars entre 2020 et 2021.

«Il s'agit d'un échec sérieux pour améliorer le niveau de vie» dans tous les pays. pays, a répondu Gita Gopinath.

– Des écoles fermées, une «victime» –

Comme la Banque mondiale, le FMI regrette que cette crise ait détruit les progrès réalisés dans la réduction de la pauvreté depuis les années 1990 et qu'elle

Les fermetures d'écoles, une «victime». générations, pose un «défi supplémentaire», dit-il.

  L'économie mondiale émerge lentement de l'abîme de la crise pandémique.

«C'est une période difficile, mais il y a quelques raisons d'espérer», a cependant durci Gita Gopinath. "Les tests se sont intensifiés, le traitement s'améliore et les essais de vaccins se déroulent à un rythme sans précédent, et certains d'entre eux sont maintenant dans les dernières étapes des tests." Nous devrons nous assurer qu'ils sont distribués dans tous les pays à des prix abordables.

Elle a également déclaré à l'AFP que les États-Unis pourraient être l'un des moteurs potentiels de la croissance mondiale en 2021 si le gouvernement adoptait un nouveau plan d'aide énorme de 2 200 milliards de dollars.

Pendant des mois, les responsables du fonds ont conseillé aux gouvernements de maintenir leur soutien aux plus vulnérables et d'augmenter les investissements publics en se concentrant sur des projets «verts» créateurs d'emplois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *