Afel Bocoum, Damon Albarns et le Mali résistent

© Seydou Camara & i4Africa

Sur la couverture du nouvel album d'Afel Bocoum, un musicien et chanteur malais est assis sur une moto tenant une guitare dans la cour du village. Que diriez-vous de l'air déjà vu? Ali Farka détient une rémanence d'image qui apparaît à l'identique sur le capot d'une voiture pour un album titre des années 1980? Oui, confirme Afel Bocoum, neveu et accompagnateur musical de l'inconnu bluesman malien, heureux de ce respect. Mais la comparaison s'arrête là. Si cet homme discret partage son défunt oncle avec les mêmes inspirations – la petite ville de Niafunké au nord du Mali, et la magie de cette porte du désert enchantée sur le fleuve Nigérian, il s'engage sur l'album "Lindé". Sa couleur bleue sahélienne, vecteur de la tradition séculaire de la région, préfère les escapades, mariant un trombone jamaïcain (Vina Gordona), un violon classique (Joan Vasera) ou encore un tambour. le mort Tony Allen). Aujourd'hui, un ancien responsable agricole à la retraite chante le paradis perdu qu'était le Mali, la corruption qui le tourmente, la division qui le tue lentement et la nécessité de se réunir. Aux commandes de la production de ce grand opus, les exceptionnels Damon Albarns et Nick Golds sont à la fois des admirateurs inconditionnels du Mali et proches du musicien. Réfugié Bamako, Afel Bocoum nous a accordé un entretien téléphonique. Entre les bruits de la cour et l'émerveillement de la joie des enfants, il appelle «Lindé», mais aussi Ali Farka Touré et son Mali.

Marianne: Que signifie "Lindé" par le nom de votre nouvel album?

Afel Bocoum : C'est un endroit où nous sommes allés à temps pour cueillir des fruits, aller chasser, une pièce à une dizaine de kilomètres de Niafunké. C'est toute mon enfance.

Dans cet album, vous chantez sur un Mali uni et fraternel, tel qu'il était à l'époque. La cohésion sociale n'existe pas aujourd'hui pour diverses raisons, mais depuis quand? Depuis 2012, le début de la guerre ou avant?

Bien avant 2012. Mais nous n'avons pas souligné cela. Cela me fait très mal, car sans paix sociale, personne au Mali ne peut vivre seul. Nous sommes un pays très pauvre, la cohésion est donc essentielle. Nous sommes riches en culture, mais même la culture est négligée, alors j'ai peur. Parce que je connais ce pays, nous avons pu nous développer en nous aidant. Si nous ne nous complétons pas, nous n’existons pas.

Nommé Djougal vous honorez Djougal Nango, qui est cette personne? [19659002] C'est un ingénieur civil qui vit encore aujourd'hui et qui a appris aux agriculteurs à épargner. Adjacent à Lindé se trouve un périmètre irrigué d'environ 100 hectares de riz avec des motopompes donnés, entre autres, par un partenariat allemand. Don de carburant et d'engrais pendant un an. C'était gratuit, mais pendant d'autres années, il a dû payer pour l'entretien de son lopin de terre, et Djougal Nango a appris aux agriculteurs à se développer sans compter sur un extérieur stable.

Vous vous adressez à l'un des titres paresseux. Qui sont-ils ? Pensez-vous à la jeunesse?

La jeunesse tire une jambe. Regardez les femmes. Auparavant, ils étaient avec leurs familles, s'occupant des enfants, cuisinant, toute la maison. Mais le monde change, maintenant ils recherchent des prêts pour démarrer leur propre petite entreprise. Ils sont sortis de la maison pour aider les chefs de famille, sans eux, ils ne pourraient plus s'en passer. C'est une chose positive. Mais les jeunes devraient être plus ambitieux dans tous les domaines. Mais ils ne le sont pas. Qu'évaluons-nous aujourd'hui de l'éducation dans la sous-région? Rien, plus d'écoles, et combien d'années? C'est une énorme perte. S'il n'y a plus d'écoles, vous devez essayer de faire quelque chose.

Et sortir n'est pas la solution pour vous. Vous trouvez malheureux de voir des jeunes quitter le pays.

Oui, car ce n'est pas la bonne solution. C'est quelque chose qu'Ali [Farka Touré] m'a laissé. Il m'a toujours dit: "Tu connais Afel, l'émigration … si tu t'en soucies vraiment, parce qu'ailleurs on voit beaucoup de choses qui donnent envie de venir les réaliser chez soi. C'est mieux que d'y aller, culturellement on n'est pas retournez à la source, travaillez et soyez très heureux. »Ali a donné l'exemple: moi, j'ai une formation agricole, et dès que possible, je retournerai au village pour prendre soin de ma famille et de ma société.

© Christien Jaspars

La ​​disparition d'Ali Farka Touré Cela a-t-il changé la vie de Niafunké?

Cela a changé beaucoup de choses, Ali a non seulement joué de la musique mais nourri de nombreuses familles, et puis son périmètre est dur à supporter depuis son départ, il a fallu le partager avec le partage, une personne ne peut pas suffire. Alim en avait les moyens. De nombreuses personnes sont également venues à Niafunk pour le voir. Maintenant, c'est parti aussi.

Dans sa carte de visite, il se définit comme un «artiste-agriculteur». , c'est aussi un peu votre identité a mangé.

Oui, ça m'a toujours fait beaucoup rire! Le cultivateur avait un statut très important. Mais Ali était un homme de tous les métiers, c'était un pêcheur, un maçon, un chauffeur … Il réussissait dans tous les domaines sauf la musique, la reconnaissance lui est venue tard. C'était un homme très consciencieux qui utilisait sa tête comme force de travail. J'ai peu de lui, mais attention, je n'aurai jamais tout, ni son charisme ni son savoir-faire, si vous me comparez à moi, j'ai une sueur froide! Mais je suis sa bouée de sauvetage, oui, je ne la suivrai jamais.

Dans cet album, vous dites aussi que les anciennes traditions de communication, comme l'arbre à palavera, ont disparu.

Il n'y a plus de palpes, et c'est dommage. Il laissait encore place à la syncany *, le cousin plaisant qui est notre sécurité sociale! Très important pour résoudre les conflits. Heureusement, il existe toujours. Mais les discussions, la communication font défaut.

Dans cet album, vous entrez dans un reggae. N'est-ce pas la trahison de la musique traditionnelle Songhaï si vous suivez cette voie?

Non! Alors qu'il était vrai au départ que je l'ai eu, je ne voulais pas. Mais, vous voyez, sur la couverture sont les enfants qui créent, le relief, celui que j'ai formé. Il y a aussi Ousmane, mon fils qui fait du reggae. Ces petits qui m'entouraient de ma musique m'ont convaincu. Ils ne m'ont pas demandé de sortir du traditionnel, mais j'avais un concept différent. Les stades sont remplis de jeunes tels que Mokobé, Sidiki Diabaté et d'autres. C'est pourquoi les jeunes exigent quelque chose. Alors j'y ai recouru. C'était chaud pour moi de me lancer dans cette chanson reggae, mais je l'ai fait. En tout cas, je voulais essayer, car ce que ces jeunes me disent est peut-être la vérité, une bonne arcade. Et enfin, je ne le regrette pas. Nick Gold et Damon Albarn sont venus me remonter le moral. Ils ont apprécié. Ce sont mes conseillers, ils m'ont donné confiance, ils m'ont donné l'occasion de parler. Dans ma musique, je peux critiquer le gouvernement autant que je veux, tant que je ne mens pas ou n'attaque pas.

Parlons d'un clip d'animation illustrant le nom Penda Djiga on a l'air d'un Mali occidental avec tous ces paysages, ce fleuve Niger et sa pirogue, ces cavaliers touaregs et ces danseurs masqués!

C'est un peu ça! Ce sont des masques Songha de Niafunké, on les voit au Festival d'Alkibar, créé par Alkibar Junior, un groupe que j'ai créé tout comme les canoës poussent. J'aime ce clip. Aujourd'hui, les jeunes le font. Dans mon temps pour les vidéoclips au Mali, on se concentre sur les vêtements, on met des chaussures et des bracelets très chers, tout comme au Zaïre, on a choisi des chambres comme des zoos! Les jeunes ont abandonné ces fantasmes et c'est bien! Un tel clip raconte beaucoup d'histoires.

Quelle est l'ambiance à Bamako aujourd'hui après la prise de contrôle militaire?

Les gens dirigent leur propre entreprise, pas de problème, ils ont oublié le coup d'État, je pense qu'ils sont plus préoccupés par l'histoire du coronavirus. Mais aucun Malais ne soutiendra l'armée au pouvoir. Tout ce qui est pris par la force, nous ne le voulons pas, nous ne sommes pas trompés. Les rues font désormais tout, même ceux qui ont pris le pouvoir connaissent l'impatience malienne. Les Malais vont bientôt organiser des élections, sinon … Je n'ai pas choisi le bon moment pour venir à Bamako, j'ai peur du vrai retour à Niafunké. Un jour, la voiture de mon percussionniste a heurté une mine. Sont-ils des djihadistes? Des brigands? Nous ne savons même pas que c'est une instabilité totale.

* synankunya c'est se penser sous la forme d'une blague en cas de désaccord, non pas l'attaquer physiquement. [19659002] Lindé auteur Afels Bokums. World Circuit Records

Deimoni Albarns et Abderrahmane Sissako, rêveurs et artisans de paix avec le film "Boli's Flight"
. Lorsque Damon Albarn est couvert par un producteur, sa passion pour la mise en valeur des artistes ne se limite pas. Fidèle aux fidèles du continent africain, il sait être l'architecte de projets collectifs ambitieux, où les rencontres et la confrontation des musiciens / chanteurs / créateurs qu'il accompagne sont au cœur de son travail et de leur diversité. Avec l'opéra Le Vol du Boli, qui évoque fidèlement la mission Dakar / Djibouti menée par l'ethnologue Marcel Griaule en 1931, et Beel (l'objet du fétichisme) expulsé par Michel Leiris lors de cette expédition, il questionne l'Afrique vers l'Europe tout au long de son histoire. Il s'est associé au réalisateur Abderrahmani Sissako pour couvrir ce voyage dans le temps, de la colonisation à l'empire mandingue du XIIIe siècle à nos jours.
Tous deux mettent en garde contre les voix de dissonance qu'ils entendent déjà sur le sujet sensible de la mémoire coloniale. Avec cet opéra il n'y a aucun doute sur la création de polémiques, «la création ne doit pas être un cri, prévient le réalisateur, nous pouvons transformer ce cri en quelque chose qui nous fait dialoguer et nous unit».
L'intention de cette création, sa grande étendue (Fatoumata Diawara, Baba Sissoko, Jupiter Bocondji entre autres) et les moyens mis en œuvre (matériaux recyclés utilisés pour les costumes) sont les meilleurs.
Vol de Boli Théâtre du Châtelet, Paris 1 er 7-9 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *