9 Polynésiens reçoivent leur « bachis » et rejoignent officiellement la flotte

9 Polynésiens reçoivent leur « bachis » et rejoignent officiellement la flotte

[ad_1]

Ce sont 9 receveurs à intégrer la marine localement. Ce vendredi, ils ont reçu leur « bachi » des mains du commandant de la base navale de Fare’ute. Cette cérémonie exauce ainsi leur désir de servir la France pendant deux ans dans la Marine Nationale. Le contrat peut être prolongé une fois.



Pour les militaires, c’est un béret. Et pour les marins – bacchi. Le 17 février dernier, elle marque l’entrée officielle de 9 stagiaires dans la Marine nationale en qualité de  » Quartiers-maîtres  » après 5 semaines de formation. « La première semaine a été assez épuisantedit le matelot Jin Tariu, quartier-maître. Il a fallu s’adapter, accélérer le rythme. Nous n’y étions pas habitués. C’était la première fois que nous nous trouvions dans un environnement militaire. Mais petit à petit on s’est adapté et ça s’est très bien passé.« 

A partir de lundi, chacun sera affecté à son service respectif : les uns dans l’administration et les autres sur le navire. « J’ai participé à une opération navale, explique moiManucha Reid, capitaine. Je devrai naviguer et il y aura une vie de bateaux à découvrir« .

Ils sont fiancés depuis deux ans. Et peut-être deux ans de plus s’ils prolongent le contrat. Après cela, ils ont le choix : soit démissionner, soit s’engager en France. « Ils ont la possibilité de faire autant de travaux mécaniques que de se retrouver demain comme batelier sur les plages ou à la timonerie, expliquer ccapitaine de frégate Pierre Bodin, ccommandant de la base navale de Papeete. Idem pour les filles, pas de restrictions. Toutes les filières leur sont ouvertes. Les opportunités de carrière sont égales« .

En Polynésie, la Marine recrute chaque année une vingtaine de jeunes. La prochaine session de recrutement est prévue en juin.



[ad_2]